0 %
RETOUR

PARIS DE L'HOSPITALITÉ

Étude

+ DE DÉTAILS
- DE DÉTAILS

Consultation internationale d'art et d'architecture pour la création d'un centre d'hébergement nomade dans Paris intra-muros lancé par le PEROU (Pôle d’exploration des ressources urbaines) en collaboration avec les Enfants du Canal.

Scénario / objectif / intention
• un centre implanté sur des espaces délaissés de la ville (hypothèses traitées : le toit des Magasins Généraux, 26, quai d’Austerlitz (Paris 13e ) ; la cour de l’ancienne école au 104 rue Castagnary (Paris 15e)
• un centre de 1000 m², pour accueillir 28 personnes sans-abri, ainsi que 6 membres de l’équipe permanente des Enfants du Canal
• un centre d'hébergement nomade qui sera un signal, un repère, un lieu remarquable, un lieu où l'on se reconnaît.
• le centre composé d’un seuil, espace de liaison avec la ville : un bureau d'accueil, interface entre le dedans et le dehors, une façade manifeste ; d’espaces collectifs, pour tisser des relations d'humanité : pour cuisiner, manger, se retrouver ; de réserves : un lieu de stockage pour les produits d'hygiène, un pour l'épicerie, une chambre froide ; d’espaces de travail : trois bureaux, pour permettre à des entretiens personnalisés de se dérouler, une salle de réunion ; d’espaces semi-publics, pour les soin du corps : des salles de bains, des toilettes, un hammam, une buanderie ; d’espaces intimes, pour se retrouver chez soi, pour se faire oublier, et se retrouver : pour 28 personnes, dont quatre couples.

Mise en place / proposition / parti pris
En réponse à l’appel à projets pour la conception d’un centre d’hébergement nomade, nous imaginons la mise en place d’un micro quartier que nous nommons LE VILLAGE. C’est après consultation des hypothèses foncières, ainsi que des nombreux documents disponibles sur le site de l’appel, que nous avons choisi de travailler sur un système d’hébergements individuels. Nous avons souhaité faire du centre un ensemble de petites maisons, reliées entre elles par un système de passerelles.
Nous nous sommes également interrogés sur la période d’hébergement et les perspectives offertes aux résidents. Comment, en effet, anticiper au mieux la sortie du centre ? Au regard des différents reportages et témoignages consultés, nous constatons qu’une fois la réinsertion administrative effectuée, un travail de soutien peut commencer. C’est pourquoi nous proposons que LE VILLAGE, au-delà d’offrir un logement à moyen terme, soit conçu comme un lieu où chacun peut, s’il le souhaite, développer une véritable fonction qui lui sera, nous l’espérons, bénéfique à long terme.
De l’accueil à l’autonomie
Nous envisageons LE VILLAGE comme un lieu ouvert sur le paysage urbain dans lequel il s’inscrit. Un lieu où se mettent en place des activités sociales, culturelles, commerciales, dans un esprit militant. L’idée est de faire du VILLAGE un lieu des possibles, auquel chaque personne hébergée peut prendre part – un centre à la fois indépendant et tourné vers la ville, offrant à ses habitants tant des espaces intimes que communautaires. Il doit être identifié dans l’espace urbain comme un pôle culturel, d’entraide et de savoirs, qui met en place, organise et reçoit différents types d’activités.

Client : PEROU (Pôle d’exploration des ressources urbaines)
Année : 2014

 

1
5